Vous sentiriez-vous capable d’abandonner vos steaks, filets de poulets et barbecue pour vous nourrir uniquement de fruits, légumes et autres céréales ? 

Et bien vous allez peut-être devoir renoncer à vos buckets de KFC et autre côte de bœuf puisqu’une récente étude de l’institut internationale d’étude des eaux de Stockholm a prévu que bientôt la population mondiale va tellement augmenter que nos ressources ne vont bientôt plus suffire pour nous nourrir.

Cette étude a montré qu’il était envisageable de passer à un régime végétarien d’ici 2050. 

Pour rappel, un régime végétarien consiste à ne plus manger du tout de produit animal, comme la volaille, les œufs, la viande rouge et poissons entre autres. 

Pour en savoir plus, j’ai écrit un article sur le régime vegan, afin que vous puissiez faire la différence entre les deux catégories.

La population compte entre 2 et 3 % de végétariens en France. Mais que se passerait-il si, ce chiffre passait à 100 % ? Y survivrons-nous ? Quel impact aura-t-il sur notre santé ? À quoi ressemblera notre planète ?

Peut-on vivre sans consommer de la viande ?

La réponse est oui, malheureusement pour vous, les lobbies du barbecue. Mais en réalité l’être humain n’est ni carnivore, ni herbivore : il est omnivore.

C’est-à-dire qu’il peut consommer à la fois de la viande ou des végétaux selon ses choix. 

On peut très bien s’en passer puisque tous les nutriments que l’on retrouve dans la viande, on les retrouve aussi dans les végétaux.

L’enjeu pour l’humanité serait de se nourrir en conséquence et ça passerait par le fait de contrôler ce qu’on met dans son assiette pour éviter les carences.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au fil des millénaires manger de la viande à été de moins en moins une question de survie, mais plus quelque chose de luxueux.

Sur le long terme, les experts affirment qu’un monde où tout le monde serait végétarien, le taux de mortalité pourrait baisser de 6 à 10 %.

Puisqu’en supprimant la viande rouge, on éviterait de nombreuses maladies cardio-vasculaire, cancers et diabète. Cela représente 8 millions de vies sauvées chaque année

À quoi ressemblerait notre planète s’il n’y avait plus d’animaux tué pour notre consommation ?

Les pâturages occupent 33 millions de kilomètres carré sur notre globe, l’équivalent du continent africain tout entier. Et logiquement, si on rendait cet espace à la nature, elle ne reprendrait pas tout à fait ses droits.

Avec le temps, ces terres sont devenues très sèches, arides, rendant une possible reforestation impossible naturellement.

Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les animaux ont détruits tout ce qu’il y avait de vivant sur ces espaces, ou qu’ils auraient mangé tout ce qu’il y avait à manger.

Ce phénomène rendrait toute future agriculture impossible. Ces terres deviendraient des déserts, à moins que l’Homme utilise des produits chimiques pour les rendre exploitables. Donc le fait que la Terre devienne végétarienne n’y changerait rien.

Beaucoup d’animaux mourraient

Dans un monde vegan, les abeilles mourraient puisque le miel ne serait plus consommé. Et sans les apiculteurs qui s’occupent des abeilles mellifères, elles seraient exposées directement aux parasites et ne pourraient pas survire.

Les animaux dits “d’élevage” comme les cochons, les poules ou les vaches ne survivraient pas puisque leurs prédateurs naturels s’en occuperaient.

À quoi ressemblera la nutrition ?

Sans viande animale, vous pourrez consommer des merguez de tofu, des œufs à base d’algue, fromage de noix de cajou, nuggets de protéines de blés. Tout ce que vous pouvez déjà trouver au rayon vegan ou dans des supermarchés végétarien. 

Le monde peuplé de champ pour nourrir l’humanité ?

70 % des terres agricoles de la planète servent à nourrir le bétail qui nous nourrit nous. C’est la superficie de la Russie qui serait gagnée.

La superficie restante pourrait servir à réintroduire des espèces, ou simplement laisser la nature tranquille.

Ceci aurait un impact incroyable sur l’accès à l’eau potable. En effet, il faudrait environ 15 000 litres d’eau pour que vous avoir 1 kg de steak haché. On ne voit pas le rapport immédiat, mais c’est la quantité d’eau nécessaire qu’il faut pour le produire.

Il faut arroser l’herbe et les céréales que la vache va consommer et que la vache puisse d’abreuver.

Les émissions de gaz à effet de serre seraient réduites considérablement. En effet, 15 % de cette émission est dûs à l’élevage. (plus que les avions, voitures, trains et bateaux de la terre réunis.)

Selon une étude de l’université d’Oxford, les gaz à effets de serre liées à notre alimentation seraient réduit de 70 % si toute la planète serait vegan 

Quelques chiffres

60 milliards d’animaux terrestres tués chaque année.
1 000 milliards d’animaux marins tués chaque année.

On peut donc voir qu’un monde végétarien pourrait avoir de nombreux bienfaits 

Une réponse

  1. C’est un article tres informatif, François ! L’élevage industriel des animaux destinés à la consommation detruit la planète. Je ne suis pas convaincu que les abeilles mourraient si tout le monde devenait végétarien, et ne consommait pas le miel. Il y a, bien sûr, des abeilles qui vivent dans la nature sans apiculteurs ; il faut néanmoins protéger les abeilles des abus de pesticides chimiques qui les tuent parmi beaucoup d’autres espèces, et rendent les humains malade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *